Dans cet endroit, on trouvera des textes de méthodes pouvant éclairer notre démarche.

Nous commençons par une contribution de Chico Whitaker , un extrait de son livre "Changer le Monde"
Chapitre 6, section 6: Vers de nouvelles pratiques
Texte envoyé le 04/09/08

Pour sécuriser le domicile, un coffre fort classe 2 a été installé et une armoire forte ignifuge sera utilisée pour la sécurisation des registres importants.

Une armoire forte ignifugée reste une solution bon marché pour sécuriser des documents et des armes de précision.

Si l'attraction exercée par les forums est due à leurs modalités d'organisation
et aux règles qu'ils propose dans les relations entre participants, il est
alors important de prendre conscience de ce qui fait leur originalité.
Sinon, l'invention politique qu'est le forum risque de se diluer dans l'ensemble
des initiatives prises de par le monde pour le dépassement des dominations,
et de perdre toutes ses potentialités.

Un groupe de personnes, en France et au Brésil - groupe dont je faisais
partie - s'est emparé de cette question en octobre 2002, lors de la
préparation du 3ème FSM, et a pris l'initiative de lancer un processus de
réflexion sur le Forum lui-même. Ce groupe avait l'intuition de la nécessité
de changements dans les comportements, au niveau personnel. Des changements
nécessaires pour l'organisation même des Forums, au niveau des
organisateurs, et qui ouvrent la voie pour des pratiques politiques
réellement nouvelles. En réalité ce sentiment se faisait sentir à l'aune des
difficultés vécues au sein des Comités d'organisation et du comité
international, à chaque fois que le tentacule du vieux monde faisait
irruption dans ces instances.

Pour stimuler cette réflexion, le groupe a crée une liste de discussion par
Internet - « WSFitself », le Forum en lui-même - ouverte à toutes les
personnes intéressés par cette réflexion et voulant échanger analyses et
idées. Tous les participants des Forums et du Conseil International, dans
différents pays, qui avaient exprimé le même type de préoccupation ont été
invités à participer à cette liste de discussion.

L'initiative a soulevé beaucoup d'intérêt, mais le débat qui a suivi a été
insuffisant. Son lancement a cependant été utile pour mettre en évidence
combien nous étions nombreux à avoir la même préoccupation.

Cette dynamique a débouché sur un certain nombre d'activités lors des FSM de
2003 à Porto Alegre et de 2004 à Mumbai. En 2003, l'association française
« Interactions Transformation Personnelle / transformation sociale » a
proposé un atelier autour du thème « Dépasser les logiques de rivalité et de
pouvoir : un enjeu pour le FSM ? ». En 2004, une table ronde sur « le futur
du FSM » a été organisée.

L'atelier de 2003 à Porto Alegre a utilisé une méthode particulièrement
intéressante. En amont du Forum, l'association Interactions TP/TS a envoyé à
tous les participants des Forums l'invitation suivante :

« Afin de préparer les éléments à travailler collectivement à Porto Alegre
dans l'atelier 'Se dégager des logiques de pouvoir et de rivalité, un enjeu
pour le FSM ?' nous vous proposons une série de questions, dans l'idée
lancer le débat et de recueillir les contributions de toutes les personnes
intéressées :

1- Comment les mouvements réunis autour du thème "Un autre monde est
possible" sont capables de faire de leur pluralisme un atout et d'éviter des
logiques de suspicion et éclatement en leur propre sein ?

Cette question revêt un éclairage d'autant plus important à l'heure
actuelle, où les risques de guerre sont réels : comment les acteurs de la
société civile sont en capacité de produire des processus de pacification ?

2- Comment passer, pour soi-même et collectivement, des logiques de "pouvoir
de domination" à des logiques de "pouvoir de création" ?

3- Comment les grandes idées préconisées à Porto Alegre sont-elles ou non
infirmées quand il s'agit de les appliquer au processus du FSM lui-même, et
aux différentes organisations que l'on construit ?

4- Comment vivre (au-delà de appliquer) les notions de pluralité, diversité,
démocratie qui sont exprimées dans la charte ?

5- Quelles sont les principales histoires concrètes qui révèlent les
difficultés à se dégager des logiques de rivalité et de pouvoir ? Qui
illustrent que des logiques de coopération peuvent l'emporter ?

6- Quelles sont les idées et préconisations pour dépasser ces difficultés ?

Durant le FSM, l'atelier, qui a réuni une cinquantaine participants, a
utilisé la méthode d'inversion proposée par Paul Watslawick, de l'école de
Palo Alto (californie, USA), qui a écrit un livre au titre provocateur :
Comment réussir à échouer ?

Son éditeur le présente ainsi : « Paul Watzlawick nous avait enseigné, dans
son précédent livre,
Faites vous-même votre malheur, les moyens les plus
raffinés pour devenir malheureux. Maintenant il cherche à comprendre et à
approfondir les recettes qui mènent infailliblement à l'échec. Comment
réussir à échouer ? C'est simple. À chaque problème, il suffit de trouver l'ultrasolution.
Qu'est-ce qu'une ultrasolution ? C'est une solution qui nous débarrasse non
seulement du problème mais aussi de tout le reste. C'est un peu comme la
vieille blague du carabin : mission accomplie, patient décédé. Il existe
beaucoup d'ultrasolutions, étudiées et répertoriées dans ce livre : elles s'appliquent
tout autant aux conflits conjugaux qu'aux relations internationales. La
règle est simple : il faut que le jeu que l'on joue avec l'autre soit de
somme nulle, c'est à dire que vous ne puissiez gagner au poker en ligne que si l'autre perd,
et vice versa. Il est par conséquent impossible que les deux gagnent, mais
normal que les deux perdent. Personne n'aura de mal à trouver dans sa
vie et dans celle de ces proches des ultrasolutions. Il suffit de lire les
journaux ou d'écouter les informations, mais leur mécanisme est dans ce
livre minutieusement détaillé et mis à la portée de tous ».

La proposition était présentée de la façon suivante :

« Le capitalisme, l'impérialisme, le G7, les grands médias et les
multinationales n'ont pas réussi, malgré leurs moyens considérables, à
empêcher l'émergence d'une société civile et civique mondiale et la réussite
de ses rendez-vous annuels dans le cadre du FSM à Porto Alegre. Pour réussir
à faire échouer les prochains forums sociaux mondiaux, continentaux ou
locaux, il nous faut donc compter sur nos propres forces. Il est donc temps
d'en finir avec ces formes démocratiques nouvelles qui prétendent garantir
le pluralisme, la créativité, l'indépendance à l'égard des partis, la
transparence et la convivialité. La tâche semble a priori impossible tant
sont considérables les acquis positifs des trois premiers Forums Sociaux
Mondiaux; Des efforts louables dans la voie de l'échec apparaissent
cependant de plus en plus. Exploités systématiquement, ils pourraient,
contre toute attente, nous permettre de réussir à faire échouer la dynamique
future des Forums. »

À partir de là, les participants ont rédigé un texte indiquant ce qui
devrait être fait pour faire imploser le FSM.

Cependant, une fois le texte rédigé, ils ont conclu que ce texte, diffusé en
l'état, pourrait être source d'incompréhensions et de malentendus. La
démarche reproduirait alors les mêmes effets qu'elle voulait analyser :
installer des procès d'intention au lieu de construire les désaccords dans
le cadre du pluralisme qui caractérise la dynamique du forum depuis son
origine.

Ils ont donc pris l'option - après avoir travaillé sous forme humoristique
autour de la méthode de Paul Watzlavick - de reprendre, de façon
affirmative, quelques-uns des risques que leur semblait courir la
dynamique des Forums, d'énoncer clairement leurs sources d'inquiétude et de
proposer aux participants des forums, présents et futurs, un débat autour
des points suivants :

1/ L'organisation de centaines d'ateliers et séminaires permet l'expression
de la diversité, l'échange, la créativité, la prise de parole des acteurs de
terrain. C'est à partir de cette diversité foisonnante d'idées, de luttes,
de propositions ou d'expérimentations qu'il nous faut organiser la
transversalité des séminaires, panels, tables rondes et séances plénières
afin d'éviter les risques de dispersion ou de cloisonnement. Le risque
existe qu'un processus inverse se développe : une bataille plus ou moins
feutrée entre organisations pour le partage des places dans des conférences
magistrales et une relative marginalisation des ateliers et séminaires.

2/ L'absence de déclaration finale est une garantie d'ouverture, de
pluralité, de diversité du Forum. Cette règle est désormais de plus en plus
contournée par le statut ambigu de la déclaration dite "des mouvements
sociaux ". Cette année, cette déclaration va plus loin en proposant la
création d'une coordination. On peut s'interroger sur la réalité
democratique de la représentation de ces mouvements dont les leaders sont le
plus souvent autoproclamés. Mais le plus inquiétant est alors la
constitution d'une sorte de direction de fait du mouvement qui a donné
naissance au forum sans que les conditions de son pluralisme soient
respectées. Allons-nous renouer, sans le dire et même sans le savoir, avec
la vieille logique avant-gardiste dont l'échec historique est pourtant avéré ?

3/La charte de Porto Alegre refuse l'entrée des partis politiques dans l'organisation
du FSM pour échapper aux enjeux de pouvoir et aux risques d'instrumentation. Cette
règle est, elle aussi, de plus en plus détournée. La
réussite du FSM et des forums continentaux serait gravement mise en cause si
on devait assister aux retour des vieilles pratiques d'entrisme ou d'instrumentation.

4/ La dynamique du FSM est fondamentalement démocratique. Elle cherche à
enrichir les formes démocratiques traditionnelles par une participation
renforcée des citoyens et contribue à l'émergence d'une citoyenneté et d'une
démocratie mondiales. La logique des forums civiques qui exprime cette
exigence de citoyenneté active s'est exprimée mondialement aussi bien par
les luttes démocratiques en Chine et en Europe de l'Est, face aux empires ou
aux dictatures communistes, que face à la marchandisation du monde et au
néo-impérialisme américain. Toute confusion avec les cultures autoritaires
qui s'expriment encore dans nombre de nationalismes, de populismes ou d'intégrismes
serait mortelle pour l'avenir de cette dynamique.

5/ La qualité relationnelle, la convivialité, la dimension festive ont été,
dès l'origine, des raisons majeures de la réussite des forums. Elle serait
gravement compromise par le retour aux pratiques du militantisme
professionnel désespérément tristes des années soixante.

Sur tous ces points comme sur bien d'autres que l'atelier n'a fait qu'esquisser,
il existe nombre d'antidotes aux toxines qui pourraient empoisonner la
dynamique des forums. Dans la plupart des cas rester fidèle à l'esprit et
pas seulement à la lettre de la Charte des principes du FSM pourrait suffire
à garantir cette qualité démocratique et relationnelle qui a assuré la
réussite des forums jusqu'ici. En tout état de cause il nous semble
important d'en débattre ouvertement.

Et, en conclusion : « C'est pourquoi nous invitons toutes celles et tous
ceux que ce débat intéresse à le poursuivre avec nous en s'inscrivant sur la
liste de discussion l'adresse suivante : wsfitself@no-log.org. [1] »



Quelles conclusions tirer de ces réflexions ?

« La continuité de la « méthode forum » est à mon sens un élément très
important. Ainsi, j'ai été marqué par le nombre important de personnes qui s'y
intéressaient, qui s'engageaient cette réflexion, essayaient d'améliorer
cette méthode en préservant sa continuité. À Mumbai, en 2004, une grande
plénière a été organisée, dans une salle pouvant accueillir 300 ou 400
personnes, ainsi qu'un grand séminaire de 100 personnes. Il s'agissait de
discuter simplement de ce que le Forum apporte de nouveau dans l'action
politique, en tant qu' « espace ouvert ». À Porto Alegre, en 2003, il n'y
avait eu qu'un seul atelier sur ce thème.

Cet atelier n'a réuni qu'une cinquantaine de personnes, et un nombre assez
réduit de participants du Forum en a eu connaissance. Mais le moins que l'on
puisse dire est que le travail explosif de ce petit atelier donne beaucoup
de pistes pour ceux qui veulent approfondir la réflexion sur les nouvelles
pratiques expérimentées dans les rencontres du FSM.





[1] Cette liste existe toujours, même si elle est presque désactivée. Ses
organisateurs pensent la réactiver, en se concentrant plus sur la discussion
de l'expérience des forums sociaux mondiaux locaux.











































Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]