Retour à la page générale sur la journée du 11 novembre

Points débattus et décidés le 11 novembre

Rédaction partagée, en cours

A Un inter-réseau. Est-ce bien nécessaire?


Qu'est-ce que je trouve dans beijaflor (BF)/ Quelle est son identité que je puisse porter à l'extérieur
Un point de convergence entre réseaux. Se connaître, s'épauler, mutualiser
Entraide, et bol vide ( D: Maryvonne et Etienne)
Le bol est vide, il représente et rend le contenu possible, mais est de fait vide. Beijaflor, à l'image du bol, peut-être le contenant de l'esprit que nous voulons lui donner. C'est un bol que nous pouvons remplir à chaque fois d'un contenu différent, de l'émotion ou du sentiment du moment.
Entraide car c'est un bol où l'on peut se vider et partager avec les autres les épreuves rencontrées à l'intérieur de son réseau. Inversement, si on a vécu un moment intense ou trouvé une idée lumineuse, ne pas hésiter à la partager et en transmettre l'essence au groupe. (Etienne)
Patrick:
1: depuis mon texte initial, placé sous le signe de l'inquiétude et de la « maîtrise », deux phénomènes sont apparus: l'espoir Obama et l'urgence climatique. La déception sur ces deux sujets m'a placé dans une première attitude proche du désespoir; mais au delà, je souhaite abandonner le terrain espoir / désespoir pour a) sortir de la logique de maîtrise; b) de pas être dans l'abandon; c) vivre intensément cette période historique de crise par des démarches de type Grande Pause
2: je suis attentif à l'essoufflement de plusieurs réseaux auxquels je participe peinture déco . Face à cela, trois attitudes a) trouver et analyser les indicateurs sensibles de cet essoufflement, permettant d'aller au delà des impressions b) sourire en partageant avec d'autres regards et en construisant la mémoire de ce qu'on a porté et ce qu'on peut transmettre c) décider en conscience d'arrêter ou de trouver un second souffle.
Un inter-réseau peut être un lieu d'entraide sur, et dans, ces moments sensibles

Espace d'entraide, être en invitation à d'autres réseaux
Oui, percevoir l'abondance au-delà de l'abandon (même étymologie)-
Un chemin : espoir-désespoir, abandon-abondance comme une même respiration, un cycle de vie que nous traversons en tant qu'être, groupe et humanité (Maryvonne).

Un inter-réseau. « Quelle forme possible? »

BF un nom de code, pourquoi? Ne s'agit-il pas d'éléments d'invisibilité à ôter (D Sandrine)
Peut-être que le manque de visibilité de Beija-Flor tient plus à un excès d'invisibilité qu'à un manque de visibilité. Par exemple, le fait d'avoir un "nom de code"(terme employé par Claude), c'est-à-dire la traduction du mot colibri, brouille un peu les pistes ( est-ce que c'est Colibri? autre chose?) et ajoute de l'invisibilité. Se définir comme un réseaux souterrain aussi. Il est aussi du coup plus difficile de prendre conscience de qui fait quoi et comment agir dans l'inter-réseaux par ce que je perçois comme un excès d'invisibilité. (Sandrine)
BF un lieu de la présence du « souffle » (D Delphine; Maryvonne, Etienne)
Présence du "souffle", qui est mouvement, dans l'invisible.
Avancer parfois dans l'invisible, porteurs de nos expériences vécues lors des réunions BF. Abandonner parfois, afin d'aller vers un second souffle. Celui-ci apparaît lorsque le contrôle est lâché dans la course ... alors une nouvelle énergie émerge, celle d'un nouveau souffle, hors de notre contrôle et qui emmène plus loin ... (Maryvonne)
Si dans nos réseaux respectifs nous donnons toute notre énergie sans nous arrêter, alors BF peut représenter ce bol d'air, cet espace de vide protégé qui nous permet de nous régénérer, de s'arrêter un instant et de souffler. A l'image de la GP, BF serait notre espace privilégié de mini pause. (Etienne)
ll n'y a pas besoin de structure; on peut imaginer que c'est un projet (dans un moment d'essoufflement ou dans tout autre) qui suscite une mise en commun, pour un temps, des énergies des différents réseaux appartenant à un inter-réseau: analogie avec l'idée du tournage de film qui rassemble des ressources pour un moment (D Philippe)

Expressions larges:

D'où nous vient l'énergie qui nous permet de ne pas nous dire: je vais peut-être mourir demain?
Prendre soin du vivant!
Ne pas trop céder à la seule « gravité », aux alertes, au gigantesque mensonge très bien organisé ("tout va mal"); rester ouvert à l'inconnu.
Importance de se centrer, du souffle, du hara. Importance du souffle pour transmettre à l'autre un sentiment, une émotion, une pensée même (D Delphine)
Repérons les nouveaux élans de créativité au milieu de ce qui va mal. Edgar Morin nous rappelle l'importance de l'improbable.
Coopérer pour ralentir, ralentir pour coopérer...
co-créer...

B La Grande Pause (GP)


Caractéristiques de cette notion
Caractère « matriciel » du dérèglement par rapport au temps: tous les domaines de la vie sont concernés
La GP invite à un « pas de côté », à un changement de posture, de regard.
GP protectrice / évaluatrice / créatrice
S'autoriser à prendre cet arrêt, ouvrant à une large gamme de rencontres et de moments créatifs.
Un temps en dehors de la maîtrise (notre habituelle volonté de tout maîtriser), de la programmation, de l'inquiétude. On accueille ce qui se passe... ou ne se passe pas.
La pause s'exprime, symboliquement, par le moment d'attente entre deux mouvements de respiration, entre inspir et expir (sans être une apnée). Le souffle est en attente de la suite de son parcours, de son oscillation.
La pause est à la fois manifestation de centrage et de partage, mais aussi acte de résistance contre la course folle.
Travailler sur les différentes dimensions de la GP nécessaire, celle liée au climat, mais pas seulement.

Les responsables de mouvements contactés en vue d'une campagne "grande pause" sont très attentifs et de plus en plus confiants. C'est un petit miracle. Cette proposition vise juste, elle pose la question "qu'est-ce qu'on est en train de faire de nos vies? personnellement et collectivement".

Quelle forme pourrait-elle prendre?

La pause est renouvelable. Trouver une forme qui le suggère, le permette.
Avoir des actions modestes, ritualisées et des signaux très forts. Attention à ce que les seconds ne versent pas dans la violence, sous peine d'offrir aux media une « matière » qu'ils adorent, comme par exemple les braquages...
Ne pas seulement s'arrêter; travailler sur la suite de l'arrêt, la partie créatrice de la pause.
Rester festifs; en tout cas ne pas jouer seulement sur la peur; donner envie d'être rejoints.
Montrer la nécessité de changer de « lieu », de passer de la rue au « temple », à l'intériorité, et réciproquement. Donner envie de lancer ces passerelles entre soi et les autres. L'écologie de soi, l'écologie relationnelle et l'écologie planétaire sont intimement liées.

- La GP dans des lieux publics - quelques-unes des idées émises :
Dans un lieu spécifique, identifiable par tous, je rends visible un objet très signifiant
Selon une « mise en scène » interpellante: exemple, un tapis/une étoffe posée au sol, un tissu blanc par exemple
matérialisant un lieu, un point, dans un endroit de flux (métro, gare, magasin etc...) ou un arrêt signifiant (un stop, une horloge publique ...). Analogie avec le tapis de prière des musulmans.
Tous s'arrêter à l'heure H (comme la coupure d'électricité à 12H18 de WWF)
Des mots à partager, comme des bouquets de mots, sur un site, un support fugitif (carton, kraft, calicot etc..) - ou aussi s'offrir des bouquets de toute sorte.
Se bander les yeux symboliquement...

- La GP dans mon réseau
Je t'exprime où j'en suis dans ce que porte notre réseau (à toi, membre du même réseau)
Je prends du temps pour te transmettre un savoir, une idée, un projet...
Nous cherchons ensemble une autre manière de fonctionner.
Si mon réseau est essoufflé, en perte d'énergie ou en fermeture sur lui même, la GP peut
être un moment de re-convocation du projet originel, de reformulation/adaptation de celui-ci


- La GP en moi
Me recentrer/ Où j'en suis? Quelles sont mes formes d'arrêt possibles?

C L'idée de poursuivre beijaflor est retenue.

Il s'agit d'inventer BF+, ou BF phase 2

L'inter-réseau, un souffle

Un bol et ses contours (D Etienne)
Si le bol contient du vide, alors BF peut garder cette image de contours. Nous ne le remplissons pas, nous sommes juste le contenant qui permettra de voir émerger des moments du centre. Si nous n'arrivons pas à lui donner de forme ou de nom, ne lui en donnons pas. Le bol soutient, et permet de se vider ou de se remplir, mais surtout d'échanger. Il laisse la place au vide, à l'invisible, et à la possibilité d'émergence. (Etienne)

Un « dispositif » à géométrie variable convoqué sur des projets, à chaque fois en appui
d'un réseau acteur principal du projet partagé.
Un dispositif d'entraide, de partage de compétences, de « recueillement » (de pause!)
Un mouvement porteur de fils rouges entre des événements
Un mouvement pour apprendre à changer de posture, de regard
Inscrire l'inter-réseau BF2 dans le « paysage » des créatifs culturels (D Yves), en regardant
les expériences belges et allemandes, par exemple la rencontre de 450 créatifs culturels en Belgique le 29 août, dans une dynamique comparable à celle du forum Colibris, et qui a donné lieu à 22 groupes de travail.

Mieux connaître les ressources que nous incarnons les uns les autres, ce que fait chacun
Garder l'idée de « laboratoire » pour BF2
Passer à un niveau supérieur à BF, sans « alourdir » (arriver à gérer cette tension!). La GP en est l'occasion, en créant des modes collectifs innovants. Occasion de se relier, pour initier une « alternance » incarnée (D Ivan)
Demander à chaque réseau de se positionner sur la GP, de choisir un projet dans ce sens, que nous construisons ensemble, dès le début de manière originale (D Ivan). Les projets proposés sont visibles sur l'espace collaboratif; rejoignent ceux qui veulent/peuvent
Ré-agencer nos idées, Travailler sur des projets très concrets, en entraide et interaction. La GP, principe rassembleur.

Propositions orientées vers l'opérationnel

Tester la possibilité de s'appuyer, pour un certain nombre de ces « fonctions », sur un des réseaux de BF. Patrick souhaite faire ce test avec le Mouvement des Colibris (au service duquel se trouve l'équipe des Colibris), jusqu'aux prochains Dialogues. Cela permettrait à ce dernier d'élargir sa base
de référence. S'agit-il d'entrer dans le Mouvement des Colibris (dans quelle intention – Maryvonne; chaque réseau de BF2 doit préciser son intention dans cette démarche, sinon on frise l'entrisme Ivan) ou d'utiliser les ressources de l'équipe, mise à disposition de BF2?? Il faut interroger l'équipe des Colibris.

Renforcer l'espace collaboratif qui peut supporter l'idée de « sans forme », de souffle.
Il doit devenir le « lieu », le « bol » (?) de tous. Nous allons le toiletter, en rendre l'usage encore plus accessible, ajouter un « réseau social ».
C'est une mémoire, et donc un lieu de recentrage, une « base de repli » puis des « bases successives », alimentées par chacun et par tous; le (les) jardinier(s) continuera(ont) à les rendre conviviales!!!


Rappels de calendrier


par Patrick
16/11: préparation des Dialogues en Humanité 2010
26/11: Collectif Richesses, préparation du Printemps de toutes les richesses, et quel avenir pour le collectif
8/12, 18H, Bourse du Travail: Grande Pause avec toutes les associations préparant Copenhague
14/12 AG du projet SOL; avenir du projet
16/12 FAIR Indicateurs de richesse; quel deuxième souffle?

par Michel
5/12 18H World Café sur la récupération des biens communs

par Dominique (à préciser)
Rencontre habitat groupé
Fête de la NEF
Rencontre des SELs

Prochains rendez-vous physiques pour Beijaflor:


Printemps de toutes les richesses à Main d'Oeuvre, St-Ouen (93), dates?
Dialogues en Humanité, juillet 2010


Quelques belles phrases glanées au cours de la journée


« Ne soyons pas des poseurs de bombes; soyons des pauseurs de sens »
« Le désespoir ne passera pas »
« Soyons l'inter-réseau que nous souhaitons construire »
« Soyons des semeurs »
« Tissons des fils là où il y a manque de tissu » .

Merci à tout notre cercle, à Delpine, Sandrine, Alain S, Etienne, Amanda, Henryane, Daniela, Nadine, Roland, Yves, Anne, Maryvonne, Alain A, Patrick, Philippe, Dominique, Michel, Ivan, Claude, Carole.
















Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]